L' Aromathérapie scientifique : l’art de préserver la santé avec les huiles essentielles

Découvrez les définitions et l'histoire de l'aromathérapie.

Définitions fondamentales

récolte de l'huile essentielle distilléeQu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est l’âme de la plante aromatique. C’est l’essence volatile extraite de plantes aromatiques par la distillation. Il s’agit d’une substance complexe qui contient des molécules aromatiques dont l’action bénéfique sur la santé est étudiée et mise en pratique par l’aromathérapie.

 

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C’est une “biochimio-thérapie” naturelle sophistiquée qui repose sur la relation existant entre les composants chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en découlent.
Elle recourt à une méthodologie rigoureuse qui s’inspire de données scientifiques solides confirmées tant par la clinique que par le laboratoire. C’est une thérapeutique naturelle de qualité supérieure, d’une prodigieuse efficacité et qui complète très bien toutes les autres approches alternatives ou allopathiques.
Un grand aromathérapeute disait que l’aromathérapie scientifique rend “…l’impossible possible, le possible facile, le facile élégant…”.
Un attrait des plus fascinants de cette médecine aromatique réside dans son action multiple séduisant tout thérapeute. Le scientifique cartésien y trouvera son compte par les molécules aromatiques ainsi que par leur représentation qualitative et quantitative. En cela, l’aromathérapie est biochimie, pharmacologie, toxicologie... . C’est ce que l’on appelle l’aromatologie. Parallèlement, l’huile essentielle est toujours vibration et donc énergie. L’acupuncteur, le réflexologue, le thérapeute ayurvédique ne s’y sont pas trompés. Elles leur apportent un effet de levier impressionnant.

 

Huiles essentielles en diffusionComment ça marche ?

On utilise les huiles essentielles en diffusion atmosphérique, en massage topique ou en usage interne.
Les molécules aromatiques peuvent être ainsi captées par les fosses nasales et décryptées par les neurorécepteurs olfactifs, ou entrer en interaction avec le métabolisme via le système circulatoire.

Un peu d’Histoire

Les peuplades arboigènes utilisaient les feuilles de Tea-TreeUtilisées à des fins diverses depuis des millénaires, les plantes aromatiques ont toujours été tenues en haute estime par les thérapeutes du monde entier.

 

L’histoire de l’aromathérapie peut se résumer en quatre grandes époques.

 

La première est celle au cours de laquelle étaient utilisées des plantes aromatiques telles quelles ou sous forme d’infusions ou de décoctions. Il y a 40.000 ans, les peuplades aborigènes implantées sur le continent australien ont dû apprendre à s’adapter aux très dures conditions de vie. Ainsi, ils utilisaient couramment les feuilles de Melaleuca alternifolia (le tea tree), dont l’huile essentielle est d’une importance majeure. Les trois grands berceaux géographiques de la civilisation aromatique, soit l’Indus, la Chine et le Bassin méditerranéen (sans oublier l’Egypte), nous ont légué des procédés et des connaissances dont la validité est toujours actuelle.


La seconde période historique est celle où les plantes aromatiques étaient brûlées ou mises à infuser ou à macérer dans une huile végétale. En Inde traditionnelle, les parfums étaient largement employés en médecine et les Rishis en recommandaient l’usage dans les sacrifices religieux, mais aussi pour traiter le corps et l’esprit. L’Inde est le pays d’origine du basilic, où il était sacré.
Durant la troisième époque, la recherche de l’extraction de cette substance odorante se manifeste. C’est la naissance du concept d’huile essentielle qui aboutit à la création et au développement de la distillation. On la doit à Ibn Sinna – Avicenne, père de la médecine antique.

 

Enfin, la période moderne, dans laquelle la connaissance des composants des huiles essentielles intervient et explique les activités physiques, chimiques, biochimiques, thérapeutiques et enfin électroniques, a donné à l’aromathérapie un statut plus scientifique.

Le renouveau

R.M. GattefosséLa France occupe de très loin la première place dans l’histoire moderne de l’aromathérapie.

 

Le terme « aromathérapie » lui-même fut forgé en 1928 par R.M. Gattefossé. Ce chercheur lyonnais poursuivit ses travaux et ses recherches pendant plusieurs décénnies. Une anecdote célèbre raconte qu’il se brûla gravement la main lors d’une explosion dans son laboratoire et qu’en la plongeant sur le champ dans un vase rempli d’huile essentielle de lavande, une guérison ultra-rapide, sans infection ni trace cicatricielle, s’ensuivit.


En 1931, R.M. Gattefossé publie son ouvrage « Aromathérapie », dans lequel il décrit ses expériences et ses découvertes. Il fut le premier à montrer les relations structure/activités des composants aromatiques et à codifier les grandes propriétés des arômes naturels.


Plus tard en Angleterre, Mme Maury donna naissance à un courant orienté vers la beauté, le bien-être et le prolongement de la jeunesse et qui s’implante fortement en Grande-Bretagne.

 

Quant à la renaissance du courant français, il aboutit à Jean Valnet qui vulgarisa l’extraodinaire puissance curative des huiles essentielles. C’est sans aucun doute lui, par la publication de son ouvrage Aromathérapie, qui est à l’origine de la nouvelle vague d’intérêt pour les essences et les huiles essentielles dans le grand public.


A sa suite, les écoles de J.-C. Lapraz, C. Duraffourd et d’Hervincourt, d’une part, et de P. Belaiche, d’autre part, ainsi que de nombreux autres groupements répartis dans le pays effectuèrent des travaux d’approfondissement sur l’activité anti-infectieuse des substances aromatiques.

Naissance de l’aromathérapie scientifique et de la “médecine aromatique”

Molécule_ThujanolDepuis près de quinze années les leaders de l’aromathérapie scientifique, en collaboration avec de nombreux médecins, pharmaciens et biologistes, étudient et suscitent des recherches en aromathérapie.

Sur le plan scientifique tout d’abord, ils enseignent une évidence, de celle que personne ne voit: “Les huiles essentielles ne sont pas des corps simples, mais bien des assemblages de molécules diverses ayant toutes leurs propriétés particulières”.
L’aromathérapie scientifique ouvre aux médecines naturelles une voie nouvelle vers la reconnaissance de son intérêt, de sa valeur et de son utilité première pour la santé des hommes.

 

 

 

 

C’est cette voie que tente de faire découvrir au plus grand nombre le Collège International d’Aromathérapie Dominique Baudoux.